Sylvie Borzakian

Bassistes, musiciens, luthiers ......
Répondre
Avatar du membre
Bruno Chaza
Maestro
Maestro
Messages : 2037
Enregistré le : 07 sept. 2004, 21:51
Localisation : France
Contact :

Sylvie Borzakian

Message par Bruno Chaza » 16 mai 2006, 23:33

Encore un super moment à partager, avec Sylvie Borzakian, comme d'habitude vos sommentaires seront les bienvenus !

Actualité

Bonjour Sylvie, pourrais-tu nous parler de ton actualité et de tes projets ?
Mon actualité musicale du moment est très variée. En tant que bassiste, je travaille beaucoup dans l’évènementiel haut de gamme au sein de différentes formations (du trio jazz aux grandes formations). Les conditions sont souvent excellentes et j’aborde différents style de musiques (jazz, groove, funk, latino, oriental etc…..) avec d’excellent musiciens, ce qui est exactement ce dont j’ai besoin pour ne pas m’ennuyer. J’effectue régulièrement des séances pour des arrangeurs avec lesquels je travaille depuis longtemps pour des publicités et films institutionnels. Parallèlement, je m’occupe de la direction artistique au sein du département musique de la société «Pépites d’art » qui est le fruit de l’union entre le conseil en ressources humaines et l’événementiel artistique.

Est-ce que tu écoutes encore maintenant des musiciens qui te donnent de l’énergie pour jouer, peux-tu en parler ?
Peter Gabriel est un des plus grands pour moi en ce moment. Et quand j’écoute sa musique, je sais pourquoi j’ai choisi ce métier. J’ai également eu la chance, l’été dernier de rencontrer Marcus Miller. J’étais invitée à un concert organisé par RTL et retransmis sur les ondes. Nous étions une trentaine d’invités devant ce monstre du groove. Son groupe envoyait vraiment le boulet quant à lui, inutile de te dire que c’était impressionnant. Ensuite j’ai eu le bonheur d’aller prendre un verre avec lui et discuter musique. J’étais sur un nuage. Heureusement j’ai une photo souvenir de cette soirée sinon je croirai qu’elle n’a existé que dans mes rêves. Après une telle rencontre, tu n’as qu’une envie, c’est de te mettre sur ta basse et jouer toujours jouer !!

Quelle musique écoutes-tu en ce moment ?
Je vais essayer de faire court, car on pourrait y passer des heures. En fait, j’ai toujours écouté plein de styles de musiques différentes. J’ai commencé toute petite avec Motown et les beatles, puis adolescente j’écoutais davantage Led Zep, Deep purple, Génésis. En même temps, même si ça peut sembler paradoxal, j’écoutais beaucoup de disco funk (caméo, chic, the brother johnson ….tu vois le genre). J’écoute beaucoup Bill Evans en ce moment mais je peux tout aussi bien réécouter les Weather Report de la grande époque ou les Headhunters, Peter Gabriel ou Jimi Hendrix, les Who ou….. The Time.!!!! Je suis très sensible au dernier album de Louis Bertignac que je trouve très émouvant. Sinon je suis une inconditionnelle de Prince, surtout en live ! Voilà en fait j’aime beaucoup de choses extrêmement différentes. L’important c’est l’émotion que je peux ressentir et cette émotion je la trouve dans beaucoup de musiques différentes.

Avec le recul que tu peux avoir sur ton parcours quels ont été les musiciens qui t’ont réellement influencé, ceux que tu aurais aimé rencontrer ?
Les deux musiciens que j’aurais aimé rencontrer plus que tous autres sont Miles Davis et Jaco Pastorius. Ils sont partis trop tôt, je ne peux même pas espérer que ça se réalise un jour. J’ai d’ailleurs eu la sensation de me rapprocher de Miles lorsque je discutais avec Marcus Miller. C’était une drôle de sensation j’en suis encore bouleversée quand j’en parle aujourd’hui!!!!!!
C’est après avoir écouté Jaco Pastorius que j’ai définitivement décidé de jouer de la basse. Je suis également très attirée par le jeux des bassistes africains comme Etienne M’bappé ou Richard Bona. C’est une façon très sensuelle d’aborder le groove. En fait, pour moi la basse est associée à la danse, aux mouvements du corps et dans ces grooves tu peux trouver des tournes qui t’emportent et emportent tout le groupe.

Le matériel, la lutherie
Quels instruments utilises-tu ?
J’ai depuis 8 ans une Leduc 5 corde Maurad qui ne me quitte jamais sauf pour le jazz ou les musiques qui nécessitent une fretless Dans ce cas j’ai une godin électroacoustique et une jazz bass en fonction du contexte.. Sinon j’ai toujours ma James Trussard qui sonne super mais que je n’ai pas utilisée depuis longtemps et une Ibanez.

As-tu une basse de prédilection ou est-ce que tu adoptes plusieurs instruments suivant les styles et les fonctions ?
Je dirais que la Leduc et la jazz bass sont mes favorites.

Le passé musical, l’évolution
Ton passé musical en tant qu’étudiante vient de quel courant Jazz, classique, autodidacte ?
En tant qu’étudiante il vient du courant jazz mais j’avais commencé en autodidacte à jouer de la funk en groupe. J’ai rapidement pris des cours en abordant tout de suite l’harmonie, les cadences etc car cela m’intéressait beaucoup. Ensuite j’ai étudié au Cim. Parallèlement je jouais dans un groupe nous reprenions du James Brown, Betty Davis, Sly Stone etc… C’était complémentaire, je pouvais étudier la musique tout en jouant des choses à ma portée dans un groupe.

As-tu l’impression de t’être approprié certaines clés dans ton jeu, une façon particulière de traiter une cadence ou un accord, bref comment et par quel moyen as-tu acquis une certaine liberté technique ?
Oui, l’étude du jazz et de l’harmonie ont beaucoup apporté à mon jeu. Cela me donne une grande liberté rythmique et harmonique quel que soit le type de musique dans lequel je me trouve. Parallèlement, l’étude de Pastorius a beaucoup apporté à mon son. J’adore son attaque percussive, l’utilisation des dead notes. Après, tout est une question de dosage et de bon goût en fonction des contextes dans lesquels je me trouve.

Quelles ont été les marches de ton évolution, ce qui t’a réellement permis d’avancer, certains musiciens, un livre d’étude particulier, la compréhension
d’un standard, un déclic personnel, une façon particulière de travailler etc…

Le premier musicien qui m’a ouvert au jazz et a eu confiance en moi est Mimi Lorenzini. Il m’a fait comprendre la pulse, le groove de cette musique et m’a permis d’aborder l’improvisation. Il a en plus eu l’audace de m’engager en duo (alors que j’étais pratiquement débutante). Cela m’a mis le pied à l’étrier et m’a beaucoup aider à prendre confiance.

Dans quelle configuration es-tu le plus à l’aise trio, quartet, studio y-a t’il selon toi une formule qui fait passer le mieux ce que tu as à dire ou est ce suivant l’humeur ?
J’adore le Trio guitare, basse, batterie. C’est la formule idéale pour moi dans le jazz. On a une grande liberté d’expression et une grande complicité. Je pense d’ailleurs rapidement remonter mon trio que j’ai délaissé à cause de mes différentes activités des 2 dernières années car ça me manque beaucoup.
Sinon j’adore les grandes formations type Earth Wind and Fire avec plein de voix, de cuivres…et tout ce qu’il faut pour te faire décoller. C’est un autre rôle que je tiens dans ce genre de contexte mais je m’y sens également très bien.

As-tu un tempo, ton tempo privilégié, lequel ? Qu’elles sont les tonalités que tu apprécies et dans lesquels tu navigues en lieu sur ?
Je n’ai pas de tempo privilégié. En fait tout dépend du style de musique que je joue et de la basse que j’utilise. Peut-être que j’ai une préférence pour les tempi up, type bebop, mais j’aime également beaucoup les ballades. En fait je les aime tous à partir du moment où la musique est celle que j’aime.

Sur quel album aimerais-tu que l’on t’écoute ? demain je veux acheter un Cd où tu joues, qu’est ce que tu me conseilles ?
Le dernier album sur lequel j’ai joué est celui de Moïna Erickson, « call my name » J’ai en projet plus personnel en cours, j’en parlerai lorsqu’il sera finalisé.

Quelles ont été les grandes récompenses de ton parcours de musicienne, ce dont tu es le plus fier ?
Ma récompense est de pouvoir continuer à vivre de ma passion dans cette période si difficile pour la musique.

Est ce que la basse est pour toi l’instrument dédié au groove ou es-tu de celles qui aiment prendre les chorus et le jeu en accords ?
Bien sur pour moi c’est avant tout l’instrument dédié au groove. Quand j’accompagne un artiste ou dans mes groupes, j’essaie toujours de rester à ma place pour servir la musique et garder le groove, quel que soit le style de musique. Mais je prends également un réel plaisir à improviser. Dans ce cas, tout va dépendre de la basse que j’utilise. Pour le jazz, j’ai besoin de faire chanter mes notes et ça je ne le retrouve qu’avec mes fretless. (avec une frettées je me sens un peu bâillonnée). Par contre avec la frettée j’adore partir sur des solos fortement accentués rythmiquement, que ce soit en slap ou au doigt.

Si demain une fée se penchait sur ton berceau, et te donnait la possibilité de jouer avec des musiciens contemporains ou non, avec quelle équipe de rêve aimerais-tu te retrouver ?
Evidemment je vais te dire Miles Davis ou Peter Gabriel. Peut-être que si Rondha Smith avait besoin d’une remplaçante je trouverai des dispos !!!! Sinon si c’est moi qui monte l’équipe (après tout je peux tout lui demander puisque c’est une fée) disons que j’engagerai Lenny White à la batterie, Wah Wah Watson à la guitare, Herbie Hancock aux claviers….Mais en même temps il y en a tellement d’autres avec qui j’aimerai jouer que la liste serait trop longue ! En fait, le plus simple c’est qu’ils m’appellent et qu’on en discute…..Ca fait du bien de rêver de temps en temps !!!!

La musique rime souvent avec déplacements, rencontres, moments forts que ce soit avec des personnalités musicales ou extra-musicales, qu’est ce qui t’a marqué le plus, la découverte d’un pays, d’une culture, d’une personnalité, d’une façon de pensée ? qu’est ce qui a dépassé le cadre de la musique et qui t’as enrichi ?
Dans mon expérience avec Patricia Kaas j’ai eu le plaisir de jouer avec Milton Mac Donald. Ce guitariste est redoutable de groove et de précision et c’était un plaisir d’être sur scène à ses côtés.
Mad Sheer Khan m’a également beaucoup touchée lors de notre collaboration sur son projet « Samakand Hotel » et son approche de la musique Baul. Sa formation était essentiellement composée d’instruments ethniques, dilruba, sitar, tabla, et….. une basse électrique. Nous revisitions le répertoire de Jimi Hendrix avec cette formation et c’était extrêmement enrichissant de cotoyer ces différentes cultures. De plus Mad est un musicien et chanteur extrêmement talentueux qui t’emporte dans son délire et te transmets sa passion.

La vie de la musicienne, les conseils

Peux-tu nous décrire une semaine type de ta vie de musicienne, cours, séances répétitions, composition, travail personnel ?
En fait je n’ai pas de semaine type. Le plus compliqué pour moi c’est d’organiser mon travail perso. Par exemple je me suis mise à la contrebasse et comme j’ai toujours de nouvelles choses qui tombent à travailler en priorité (on ne va pas s’en plaindre !!) j’avance lentement sur cet instrument. Mais comme on dit dans mon pays d’origine.. « qui va piano, va sano é lontano » alors je ne désespère pas, j’y arriverai.

Qu’est ce que tu bosses encore ? la lecture, l’improvisation, le jeu, la composition, les arrangements, la MAO qu’est ce qui encore te fait envie sur l’instrument ?
Dès que je peux vraiment me mettre au boulot je bosse l’improvisation. Je travaille également beaucoup l’indépendance chant/basse car dans pratiquement toutes mes formations j’assure les chœurs et parfois les leads (sous la torture uniquement). Quand tu joues des figures rythmiques simple à la basse, c’est plutôt facile de chanter en même temps, mais dès que tu passes sur des figures plus complexes (et c’est souvent le cas dans les musiques que je joue) ça me demande un gros travail d’indépendance.

Quels sont les conseils que tu donnerais aux aspirants bassistes qui te lisent ?
Le premier conseil c’est de jouer le plus vite possible dans un groupe. Cela permet de comprendre immédiatement le rôle de l’instrument et ça t’évite de griller les étapes en voulant tout de suite bosser des choses très techniques qui ne sont pas à mon avis pas indispensables, au début en tout cas. L’avantage de la basse, c’est que tu peux rapidement jouer des grooves simples avec un petit niveau. L’important est de choisir des musiciens un peu plus avancés que toi histoire d’être tiré vers le haut et de progresser tranquillement. Parallèlement il faut évidemment prendre des cours ou bosser sur des méthodes (en fonction des personalités). Ce qui est important à mon avis c’est de faire les deux. Jouer pour le plaisir et pour comprendre le rôle de la basse et étudier pour éviter de prendre des défauts et progresser.

On sait tous que la gestion du quotidien prend énormément de temps sur l’instrument mais te reste-t’il du temps pour assouvir d’autres passions ?
Même si ma passion a toujours été la musique, j’adore l’art sous toutes ses formes. C’est pour cette raison que je m’implique beaucoup dans le développement de « Pépites d’Art » avec Patrick Moreau. Outre la musique, nous intégrons d’autres formes artistiques à notre travail (danse, théâtre, peinture, sculpture etc…) et c’est extrêmement enrichissant pour moi.

Ø Penses tu qu’il y a un préjugé macho pour les filles en France dans le milieu musical ? L’as tu ressenti ? Est ce que tu crois que certains styles de musique l’accentue ?
Oui bien sur il y en a toujours eu, comme dans tous les secteurs pointus (type recherche, politique……) on ne va pas refaire le monde !!!! J’avoue que ça ne me touche plus vraiment. Je connais ma valeur en tant que musicienne (mes qualités et mes défauts) et les gens avec lesquels je travaille sont au-dessus de tout ça. Alors pour le reste, je fais avec. Les futures générations auront peut-être moins à se battre pour exister !!! Je le souhaite sincèrement.

Ø Si je te dis qu’à mon avis la basse est un vrai instrument féminin tu en penses quoi ?
Je pense avant tout que la basse est un instrument extrêmement sensuel et un homme peut être aussi sensuel qu’une femme. Encore une fois, peut importe le sexe, l’important c’est de faire groover cet instrument et de le faire avec sensualité.

Internet et prise de position

Sans rentrer dans un haut débat philosophique, penses-tu que le musicien a son mot à dire face aux cris d’alarme que la planète émet un peu partout, réchauffement, course à la productivité ? Ou penses-tu au contraire que le musicien doit rester dans sa bulle et ne pas pratiquer le mélange des genres ?
Le fait d’être musicien n’a jamais empêcher d’avoir des idées sur le monde dans lequel nous vivons et de prendre position.. Pour moi, un musicien qui vit en vase clos, en dehors du monde et de ses problèmes n’a pas compris grand-chose à la vie et probablement à la musique. L’art sous toutes ces formes nous enrichi et nous ouvre l’esprit.. C’est cette ouverture qui nous donne l’esprit suffisamment critique pour réagir à la société que l’on essaye de nous imposer actuellement.

Je te remercie Bruno et je vous souhaite une bonne musique à tous !

Sylvie Borzakian - Bruno Chaza

khan
Moderato
Messages : 1328
Enregistré le : 23 mai 2005, 17:35
Localisation : caen
Contact :

Message par khan » 17 mai 2006, 00:46

Hé Hé comme dirait afta ,j'ai l'impression que son corps va vers le funk ,son coeur vers le rock et son âme vers le jazz ,sacré melange . :shock:

Sylvie ON T'AIME :sourir: :niai:

Avatar du membre
xumun
Moderato
Messages : 1137
Enregistré le : 26 avr. 2005, 12:43
Localisation : marseille

Message par xumun » 17 mai 2006, 09:50

On ressent une grosse envie et motivation chez cette musicienne.
Sacré Marcus !!! :amour:
Image
Spector euro LX 4c
Spector Rebop Fretless 4c
Markbass Micromark

Avatar du membre
Timon
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 608
Enregistré le : 05 oct. 2005, 16:18
Localisation : versailles

Message par Timon » 17 mai 2006, 10:04

Je ne connais pas cette musicienne mais ça donne vraiment envie d'écouter ce qu'elle fait. Vive l'eclectisme !

madogs
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 622
Enregistré le : 27 avr. 2005, 11:30
Localisation : Marmotland
Contact :

Message par madogs » 17 mai 2006, 11:35

merci. C'est vraiment intéressant et motivant de voir que plus les musiciens sont "avancés" plus ils cherchent le côté émotionnel de la musique plus que la démo... et qu'ils gardent tjrs autant d'humilité...
"le talent c'est d'avoir envie de faire quelque chose, tout le restant, c'est de la sueur." Brel

JAYSEE99
Nouveau bassiste-forumeur
Nouveau bassiste-forumeur
Messages : 44
Enregistré le : 05 juin 2005, 12:29
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par JAYSEE99 » 17 mai 2006, 22:17

Je l'ai vu souvent jouer dans la "Grosse émission"!!!
Super groove et son!!!!
Encore une interview du tonnerre!!!! :sourir:
Que la basse ne soit plus un instrument...mais une musique dans votre coeur
Image
http://myspace.com/JAYSEE99

Avatar du membre
binuche
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 721
Enregistré le : 14 mars 2005, 21:30
Localisation : loire atlantique : donc Nantes

Message par binuche » 17 mai 2006, 23:33

"Le premier conseil c’est de jouer le plus vite possible dans un groupe. Cela permet de comprendre immédiatement le rôle de l’instrument et ça t’évite de griller les étapes en voulant tout de suite bosser des choses très techniques qui ne sont pas à mon avis pas indispensables, au début en tout cas."

Entièrement d'accord. quand un débutant comprend ça toutes les portes lui sont ouvertes !
@+

khan
Moderato
Messages : 1328
Enregistré le : 23 mai 2005, 17:35
Localisation : caen
Contact :

Message par khan » 18 mai 2006, 12:04

Et oui encore faut 'il avoir la chance de vivre dans une region assez productive sinon il reste que le net pour se noyer dans la musique (de notre correspondant à Trifouilly les oies :mrgreen: )

Avatar du membre
Mr.LeBelge
Moderato
Messages : 1187
Enregistré le : 25 mars 2006, 17:56
Localisation : 69

Message par Mr.LeBelge » 19 mai 2006, 18:28

très chouette interview.... ça donne envie d'écouter ce qu'elle fait....

Répondre