Armand Sabbal-Lecco

Bassistes, musiciens, luthiers ......
Répondre
Avatar du membre
Bruno Chaza
Maestro
Maestro
Messages : 2037
Enregistré le : 07 sept. 2004, 21:51
Localisation : France
Contact :

Armand Sabbal-Lecco

Message par Bruno Chaza » 12 déc. 2006, 13:38

Un plaisir de partager avec Armand Sabbal Lecco
....Voilà l'échange de ce moment passé avec Armand.
Bruno Chaza


Actualité
Ø Bonjour Armand, pourrais-tu nous parler de ton actualité et de tes projets ?
Bonjour Bruno, ravi de te rencontrer.
Je viens de mixer l’album de mon groupe –The Rest of the World.
Aussi, je suis en train de composer et produire le projet de Txell Sust qui est une super artiste de Barcelone. Je tourne et enregistre avec le nouveau groupe de Stewart Copeland « Gizmo », a part ça, Stewart, Andy Summers, Milton Nascimiento et moi préparons une tournée au Brésil.

Ø Est-ce que tu écoutes encore maintenant des musiciens qui te donnent de l’énergie pour jouer, peux-tu en parler ?
Walfredo Reyes, Julia Sarr, Fela, vintage Marcus Miller, Alibo, Txell Sust, Ali Farka, Gainsbourg, Stewart Copeland etc… tout ceux qui conservent une approche artistique et jouent franc jeu.

Ø Quelle musique écoutes-tu en ce moment ?
Les mêmes que la réponse précédente avec une forte dose de musique folkloriques de divers pays. J’explore myspace aussi pour découvrir des talents.

Ø Avec le recul sur ton parcours quels ont été les musiciens qui t’ont réellement influencé, ceux que tu aurais aimé rencontrer ?
Jimi, Miles, Sly, Jaco, Manu Dibango, Stanley Clarke, Fela, mes frères Félix et Roger, Herbie Hancock, Sting, Bob Marley (pour qui j’ai enregistré a travers Ziggy d’une manière étrange mais super kiffante).
J’ai eu la chance de rencontrer la plupart de mes influences vivantes et ainsi, avec elles travailler a plusieurs niveaux (compositions, séances, tournées, cuisine, bar…) Ce qui m’a très vite appris a regarder la lune et non le doigt qui me la montre.


Le matériel, la lutherie
Ø Quels instruments utilises-tu ?
Oh ! J’ai environ 92 basses. J’en utilise une a la fois, mais probablement 5 en général : -Alembic Standard series (custom) – Fender ’75 – Music man Sabre ’74 – Alembic Piccolo – l’arme secrète, dangereuse et unique – The Superbass (extrême custom).

Ø As-tu une basse de prédilection ou est-ce que tu adoptes plusieurs instruments suivant les styles et les fonctions ?
Le choix de la basse pour moi, dépend de la chanson et pas de l’instrument que j’aime. Je trouve que pas mal de musiciens se préoccupent plus de leur son que celui de la chanson.

Le passé musical, l’évolution
Ø Ton passé musical en tant qu’étudiant vient de quel courant Jazz, classique, autodidacte ?
Classique d’abord, autodidacte ensuite, funk, afrobeat, ethniques, fusion et pop plus tard… aujourd’hui, classique et ethnique. Beaucoup de musique Saharienne et de foret d’Afrique centrale.

Ø As-tu l’impression de t’être approprié certaines clés dans ton jeu, une façon particulière de traiter une cadence ou un accord, bref comment et par quel moyen as-tu acquis une certaine liberté technique ?
Pour sur, que j’ai des tas de « tricks » que j’ai inventé et piqué à tout le monde au cours de ma carrière. Le plus important pour moi est de ne pas les utiliser et de toujours repartir a zéro… jusqu’au choix de la basse. Ayant dit cela, quand je me retrouve dans une situation chaude connue sous le nom de « cas de kesskia », je fais appel a tout ce qui m’est disponible pour m’en sortir vivant !

Pour être libre dans ta musique je crois qu’il faut être libre dans ta vie… sinon ta « liberté » musicale devient ta prison ; donc prise de tête a la fin !

Ø Quelles ont été les marches de ton évolution, ce qui t’a réellement permis d’avancer, certains musiciens, un livre d’étude particulier, la compréhension d’un standard, un déclic personnel, une façon particulière de travailler etc… ?
Un déclic personnel et une foi de chien.
La musique est le reflet de la vie. Si je vis assez, et avec humilité, je m’expose au risque d’ apprendre quelque chose de positif ou négatif, mais valable dans mon art.

Ø Dans quelle configuration es-tu le plus à l’aise trio, quartet, studio y-a t’il selon toi une formule qui fait passer le mieux ce que tu as à dire ou est ce suivant l’humeur ?
C’est souvent l’humeur comme la plupart de ce que je fais. Tout ce qui passe par le cerveau me paraît teinté. Mais aussi, le moins de musiciens permet de vraiment extrapoler les choses sans préservatifs. J’adore le live pour sa vérité

Ø As-tu un tempo, ton tempo privilégié, lequel ? Quelles sont les tonalités que tu apprécies et dans lesquels tu navigues en lieu sur ?
Très bonne question. Je n’ai malheureusement pas de réponse précise. Au fil des années, avec la fenêtre des subdivisions et des harmonies pygmées, il m’est devenu apparent que ça dépend du poids du groove du moment. D’une bonne plate-forme, on peut s’élancer très haut.

Ø Sur quel album aimerais-tu que l’on t’écoute ? demain je veux acheter un Cd où tu joues, qu’est ce que tu me conseilles ?
Trois aspects deviennent important dans le sillage de ta question. Je vais te lancer dans trois directions : groove, design et concept.
- « Another world » de John Patitucci (basse et composition)
- « Unplugged » de Alejandro Sanz (design et groove)
- « The Rest of the World » de votre serviteur (Sons de basse, grooves, arrangements de basse et composition… donc concept)

Ø Quels ont été les grandes récompenses de ton parcours de musicien, ce dont tu es le plus fier ?
Travailler avec Jaco, Stanley, Gadd, Stewart Copeland, Bob Marley, Carole King, Paul Simon, Manu Dibango, Peter Gabriel… Je suis tellement content de pouvoir jouer que chaque fois que j’en ai l’occasion, c’est une récompense.

Ø Est ce que la basse est pour toi l’instrument dédié au groove ou es-tu de ceux qui aiment prendre les chorus et le jeu en accords ?
Pour revenir a la question de liberté, je voudrais que ma basse sois aussi libre que moi. La basse est un instrument aussi ouvert que le piano pour moi. Je tire ce concept de légendes comme Stanley, Jaco, Hendrix ou Miles : l’instrument n’est que ton instrument.
En petite formations, je joue beaucoup en accords et chorus. En plus grandes formations, je reste plus tranquille et me cantonne au groove.

Ø Si demain une fée se penchait sur ton berceau, et te donnait la possibilité de jouer avec des musiciens contemporains ou non, avec quelle équipe de rêve aimerais-tu te retrouver ?
Mon frère Felix aux drums, Herbie, Miles, Sly Stone, Nadia Boulanger, les bakas, Jobim. Si je continue, ce serait un big band.
Les autres, je préfère rester dans les gradins et regarder le show habillé en pom-pom girl.

Ø La musique rime souvent avec déplacements, rencontres, moments forts que ce soit avec des personnalités musicales ou extra-musicales, qu’est ce qui t’a marqué le plus, la découverte d’un pays, d’une culture, d’une personnalité, d’une façon de pensée ? qu’est ce qui a dépassé le cadre de la musique et qui t’as enrichi ?
Passer du temps avec Mandela, découvrir Gaudi, Jaco, ma femme, La Malaisie, Barcelone… je suis plus fasciné par les civils que les stars. Cinq minutes de conversation avec la caissière d’ euromarché m’inspire plus que la vie de J-lo.

La vie du musicien, les conseils
Ø Peux-tu nous décrire une semaine type de ta vie de musicien, cours, séances répétitions, composition, travail personnel ?
A la maison :[/b]
Le Lundi, j’essaie de me lever, je parle a des amis, je bouffe, si j’ai des séances ou des shows, j’essaie de sortir de chez moi pour avoir des interactions humaines ou avec la nature. Le Mercredi ou le Samedi c’est assez similaire.
Je ne travaille plus vraiment la basse. Je me voue a la communication musicale, ce qui me sert plus dans mon boulot que les jeux olympiques et le dossard de bassiste qui bat le mur du son dans sa chambre. Ceci dit, ne me défiez pas les gars… ça pourrait tourner au vinaigre.

Ø Qu’est ce que tu bosses encore ? la lecture, l’improvisation, le jeu, la composition, les arrangements, la MAO qu’est ce qui encore te fait envie sur l’instrument ?
L’humilité, la simplicité et la beauté

Ø Quels sont les conseils que tu donnerais aux aspirants bassistes qui te lisent ?-
Recherchez la beauté artistique
- Inspirez vous hors de votre art
- Le groove est la réponse a tout

Ø On sait tous que la gestion du quotidien prend énormément de temps sur l’instrument mais te reste-t’il du temps pour assouvir d’autres passions ?
Je fréquente des gens de milieu divers, ce qui me force a m’intéresser a autre chose . J’adore Antoni Gaudi, la poésie, le sport, la mer, la peinture et la bouffe.

Ø Si je te dis qu’à mon avis la basse est un vrai instrument féminin tu en penses quoi ?
Je te paie une bière ! La basse c’est la séduction même.

Internet, crise du disque , prise de position

Ø La crise du disque, l’individualisme forcené de ceux qui arrivent à vivre de la musique, le formatage des musiques, est-ce que tu penses que la pente est irréversible ou est-ce que tu entrevois des solutions ?[/b]
Tant que les musiciens seront esclaves de la télé, il n’y a pas d’espoir !
Il est grand temps de retourner a la source et de faire de la musique pour prendre son pied. L’industrie ne peut survivre sans art… le contraire est possible et sain.

Ø Dans le même genre de question penses-tu qu’Internet est une ouverture de plus pour le musicien ou crois-tu à l’inverse que la toile va nous isoler encore plus ?

L’Internet est à la fois la pire et la meilleure invention du monde depuis Louis De Funes. L’Internet inspire les inspirés et abrutit les abrutis… On a le monde dans sa poche !

Ø Sans rentrer dans un haut débat philosophique, penses-tu que le musicien a son mot à dire face aux cris d’alarme que la planète émet un peu partout, réchauffement, course à la productivité ? Ou penses-tu au contraire que le musicien doit rester dans sa bulle et ne pas pratiquer le mélange des genres ?

Un musicien affamé est déjà un politicien d’une habilité extraordinaire. Pourquoi ne pas mettre toute cette énergie dans quelque chose de positif ? Dans l’histoire du monde, les ARTISTES, les vrais, ont toujours influencé le cours des choses parce qu’il avaient une conscience. On peut parler de Rouget De Lisle, Gainsbourg, Dylan, Hugo, Gaudi etc…
On a les yeux tellement tournés vers les USA qu’on brade nos besoins préliminaires d’humains pour une place sur le divan d’Oprah !

Armand Sabbal Lecco - Bruno Chaza
http://armandsaballecco.com/

khan
Moderato
Messages : 1328
Enregistré le : 23 mai 2005, 17:35
Localisation : caen
Contact :

Message par khan » 12 déc. 2006, 15:26

:D ouarf effectivement ça calme grand esprit s'il en est :wink:

madogs
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 622
Enregistré le : 27 avr. 2005, 11:30
Localisation : Marmotland
Contact :

Message par madogs » 12 déc. 2006, 15:27

TERRIBLE !

Merci... j'adore le passage sur le travail de la basse (L’humilité, la simplicité et la beauté )

... et je vais de ce pas discuter avec ma caissière...
"le talent c'est d'avoir envie de faire quelque chose, tout le restant, c'est de la sueur." Brel

Avatar du membre
alain
Requin de forum
Requin de forum
Messages : 456
Enregistré le : 25 sept. 2005, 22:09
Localisation : la flèche 72200

Message par alain » 14 janv. 2014, 19:12

Belle interview et propos très positif. 8)

Répondre