Thérèse Henry

Bassistes, musiciens, luthiers ......
Répondre
Avatar du membre
Bruno Chaza
Maestro
Maestro
Messages : 1837
Enregistré le : 07 sept. 2004, 21:51
Localisation : France
Contact :

Thérèse Henry

Message par Bruno Chaza » 01 mars 2006, 09:48

Un plaisir de partager avec Thérèse Henry
....Voilà l'échange de ce moment passé avec Thérèse
Bruno Chaza

Actualités
Bonjour, Thérèse, pourrais-tu nous parler de ton actualité et de tes projets ?
Salut, salut Bruno, ces temps-ci, je m’occupe de démarcher pour le groupe Djazil.
C’est un groupe que j’ai monté, il y a un petit peu moins d’un an maintenant. J’ai fait se rencontrer des gens très différents, j’ai pris un risque, mais ça en valait la peine. Il y a un batteur Cubain décoiffant qui s’appelle Lukmil Perez, que j’ai rencontré dans le milieu salsa, un steel panniste Rasta, Mathieu Borgne, avec qui j’ai débuté, et le guitariste de Rido Bayonne entre autres, Cédric Baud. La musique est là, à mi-chemin entre Afrique, jazz et Caraïbe, maintenant, il faut jouer beaucoup et faire vivre ce groupe, ce qui n’est pas facile vu la conjoncture actuelle. En tout cas, je peux dire que j’ai rencontré enfin le groupe de ma vie, ma motivation est grande….

Est-ce que tu écoutes encore maintenant des musiciens qui te donnent de l’énergie pour jouer, peux-tu en parler ?
Oh ben oui –ah ah ah – sur les ondes de « Radio Paris », on dit souvent que je suis fan de Michel Alibo et d’Etienne Mbappé…Et ba c’est vrai 8- ) et je prends beaucoup de plaisir à aller les écouter. Tu peux donc en déduire que ma religion est le groove ! je suis beaucoup sortie à mes débuts et ça m’a vraiment nourri de voir des concerts, j’oscillais entre du découragement et de la surexcitation, à l’époque Sixun jouait encore beaucoup, il y avait le trio des bassistes Camerounais au Baiser Salé c’est-à-dire M’bappé N’sangué et Bona …Wahou c’était la fête, j’en rêvais la nuit. Puis Linley Marthe a commencé à débarquer dans les clubs comme tu vois il y avait de quoi faire !...

Quelle musique écoutes-tu en ce moment ?
J’avoue, je n’ai pas de super nouveauté ! avec les copains de Djazil on scotche sur un live de Manolin c’est de la timba bien arrachée !!! J’écoute ou réécoute Herbie Hancock le live « flood » je ne le connaissais pas !! j’ai beaucoup écouté Herbie électrique car c’était la musique de prédilection de mon père ! Et en matière de basse, Paul Jackson est vraiment un incontournable ! c’est une musique qui me touche énormément car non seulement elle m’évoque ma petite enfance, mais elle allie aussi groove de feu et harmonie qui fait pleurer les yeux…

Avec le recul que tu peux avoir sur ton parcours quels ont été les musiciens qui t’ont réellement influencé, ceux que tu aurais aimé rencontrer ?

J’ai eu la chance de rencontrer tous mes bassistes préférés ou presque (sauf les Américains) les autres traînent assez souvent dans les clubs pour que l’on puisse partager des ti’punchs au bar !!
Sinon je suis une grande fan de George Duke malgré son côté kitch parfois. Pour moi c’est le roi du groove et de la sensualité ! ..ET je boirai bien un punch avec lui aussi…ah ah ah

Le matériel, la lutherie
Quels instruments utilises-tu ?
Je joue depuis plusieurs années sur une jazz bass deluxe mexicaine que m’a prêtée Etienne M’bappé pour une durée indéterminée, il avait posé des Bartolinis et changé le chevalet…Je ne suis pas une « fondu » de matos…Donc je ne joue que sur celle-là, qui sonne très bien, qui est polyvalente, facile à jouer…Et à évidemment une grande valeur sentimentale…

As-tu une basse de prédilection ou est-ce que tu adoptes plusieurs instruments suivant les styles et les fonctions ?
Je vais bientôt avoir une nouvelle basse, une cinq cordes d’un luthier qui s’appelle Matthieu Combe il est basé sur Grenoble, c’est un ami de Cédric Baud (le guitariste de Djazil) …Un jeune luthier pour une jeune bassiste ; on se fait de la pub mutuellement…si vous voulez voir un peu son travail voici les coordonnées de son site : www.combe-luthier.com

Le passé musical, l’évolution
Ton passé musical en tant qu’étudiante vient de quel courant Jazz, classique, autodidacte ?
Je suis surtout autodidacte, j’ai pris deux années de cours avec Jean Bardy au centre culturel de la Joncquière, c’est un des rares conservatoires où la basse électrique est enseignée …Mais Jean est avant tout un contrebassiste de jazz voir de bop …Il n’était donc pas vraiment le prof qu’il me fallait, moi je voulais jouer des deads notes et des doubles-croches sur le micro aigu et lui m’apprenait à faire des walkings sur le micro grave…En fait j’ai surtout appris l’endurance, quand je bossais avec lui je faisais tous les niveaux d’ateliers car il n’y avait pas d’autres bassistes, c’était un peu le marathon !!Nous sommes resté en bon terme, il m’a branché cette année pour que je joue dans une pièce de théâtre dont il écrit la musique.

As-tu l’impression de t’être approprié certaines clés dans ton jeu, une façon particulière de traiter une cadence ou un accord, bref comment et par quel moyen as-tu acquis une certaine liberté technique ?
Tout ce que j’ai écouté depuis que j’ai commencé m’a dirigé vers un jeu plutôt rythmique et j’ai rencontré le batteur idéal : Lukmil Perez (conio il est suuper)…Pour continuer encore plus sur ce chemin ; faire un concert entier sans qu’il te mette à l’envers tient du miracle…J’ai un peu l’impression de passer mon permis « poids lourds » !!!hi hi

Quelles ont été les marches de ton évolution, ce qui t’a réellement permis d’avancer, certains musiciens, un livre d’étude particulier, la compréhension d’un standard, un déclic personnel, une façon particulière de travailler etc… ?
Comme souvent les autodidactes, j’ai l’impression d’apprendre le plus en condition de jeu. L’expérience de la scène pour moi me paraît la plus importante…Tu peux avoir une bonne technique à la maison, mais si tu ne joues pas concrètement avec des gens, ce n’est pas dit que tu saches servir au mieux un projet ; je pense qu’il faut savoir être humble et savoir jouer très basiquement si la musique le demande. J’ai appris ça par exemple au sein de Rumbanana …Il ne faut pour moi jamais perdre de vu que la basse est l’instrument qui fait danser tout le monde même ceux « qui ne l’entendent pas »…

Dans quelle configuration es-tu le plus à l’aise trio, quartet, studio y-a t’il selon toi une formule qui fait passer le mieux ce que tu as à dire ou est ce suivant l’humeur ?
J’aime bien les petites formations car elles permettent justement de ne pas être qu’accompagnateur et de s’essayer à l’improvisation et permettent plus de liberté dans l’accompagnement. J’aime les jeux très évolutif et interactif (tout ça sans oublier le groove sinon t’as perdu…).

As-tu un tempo, ton tempo privilégié, lequel ? Qu’elles sont les tonalités que tu apprécies et dans lesquels tu navigues en lieu sur ?
e trouve que ce qu’il y a de plus difficiles à jouer c’est les tempos très lent genre « R’n B ». Il faut un peu ternairiser mais surtout pas trop …Sinon, pour le reste, peu m’importe du moment que euuuh ce n’est pas trop vite non plus !!!surtout que j’ai une petite tendance à jouer devant…Faudrait pas exagérer !!

Sur quel album aimerais-tu que l’on t’écoute ? demain je veux acheter un Cd où tu joues, qu’est ce que tu me conseilles ?
Il va falloir attendre le disque de Djazil. Je pense qu’on le fera dans quelques mois, il faut jouer un peu avant. Nous pouvons l’enregistrer facilement, mais il faut pouvoir le sortir dans de bonne condition, donc nous allons attendre un peu…

Quels ont été les grandes récompenses de ton parcours de musicienne, ce dont tu es le plus fier ?
Je crois que c’est justement cette basse que m’a prêté M’bappé ; je l’ai prise comme une invitation à venir dans la famille des grands bassistes ! J’étais vraiment très émue et je me suis longtemps demandé si j’allais être à la hauteur de cette faveur !...

Est ce que la basse est pour toi l’instrument dédié au groove ou es-tu de ceux qui aiment prendre les chorus et le jeu en accords ?
Je pense que je t’ai déjà plus ou moins répondu…Pour moi le groove est primordial ! Mais je trouve ça super quand la basse sort de son rôle premier ! J’aime que la basse soit mise en avant et soit virtuose ; On ne peut évidemment pas être réfractaire à l’évolution ! Mais j’avoue que la virtuosité sans groove ça m’ennuie !

Si demain une fée se penchait sur ton berceau, et te donnait la possibilité de jouer avec des musiciens contemporains ou non, avec quelle équipe de rêve aimerais-tu te retrouver ?
Oh bah euh alors là ! !! Paco Sery et George Duke ; à mon avis ça chaufferait !ou alors sinon faire un remplacement dans earth wind and fire ou jouer avec ma copine Julie Saury (de rumbanana) avec Prince ou maceo parker !Bon j’arrête en matière de rêve, je suis assez forte alors ça peut durer longtemps !!!

La musique rime souvent avec déplacements, rencontres, moments forts que ce soit avec des personnalités musicales ou extra-musicales, qu’est ce qui t’a marqué le plus, la découverte d’un pays, d’une culture, d’une personnalité, d’une façon de pensée ? qu’est ce qui a dépassé le cadre de la musique et qui t’as enrichi ?
Nous avons joué avec Rumbanana au Cameroun c’était un voyage bref mais intense, on a joué deux fois dans des soirées privées, mais malgré tout j’ai pu constater que là-bas, les gens sont ultra-réactifs à la basse, même si tu es caché dans le fond de la scène tous les yeux son rivés sur toi. Le temps d’une soirée c’est toi le chanteur ! C’est rigolo ! De plus M’bappé était là avec Rido Bayonne au même moment ! On s’est retrouvé dans une boîte de Douala le « 78 » c’était une sacrée soirée !!! On a fait un autre beau voyage avec les filles en Guyane, où l’on s’est retrouvé à se baigner dans la rivière, quasiment avec les caïmans, mangé du poisson braisé, et bu du rhum arrangé avec des plantes tropicales (breuvage soi-disant bon pour les artères) tout ça en pleine forêt amazonienne !!!

La vie de la musicienne, les conseils
Peux-tu nous décrire une semaine type de ta vie de musicienne, cours, séances répétitions, composition, travail personnel ?
Je ne préfère pas, je risquerai de mentir !! Enfin pour résumer : quand je joue beaucoup, je râle parce que j’ai pas le temps de travailler, et quand je peux travailler, je râle parce que je ne joue pas !!!

Qu’est ce que tu bosses encore ? la lecture, l’improvisation, le jeu, la composition, les arrangements, la MAO qu’est ce qui encore te fait envie sur l’instrument ? Ø
Je bosse l’impro, je suis encore très insatisfaite à ce sujet, je ne crois pas que se soit vraiment ma voie, mais il faut malgré tout que je trouve mon truc. Même dans mes solos, j’ai une approche qui n’est pas loin du ressentie que j’ai quand j’accompagne. J’ai un sens beaucoup plus rythmique que lyrique, il faut que je fasse avec et que cela devienne un atout…

Quels sont les conseils que tu donnerais aux aspirants bassistes qui te lisent ?
Ne pas jouer comme un autre, savoir qui l’on est et l’assumer dans son jeu ; même si l’on passe tous par des phases d’influences nécessaires à sa propre évolution.

On sait tous que la gestion du quotidien prend énormément de temps sur l’instrument mais te reste-t’il du temps pour assouvir d’autres passions ?
Non pas vraiment, je suis plutôt monomaniaque obsessionnelle !! hi hi

Penses tu qu’il y a un préjugé macho pour les filles en France dans le milieu musical ? L’as tu ressenti ? Est ce que tu crois que certains styles de musique l’accentue ?
Un peu effectivement !! cela reste assez nouveau les femmes instrumentistes, mais les mentalités évoluent ! Tu es peut-être un peu plus testé au début, mais si tu fais tes preuves, tout va très bien. Malheureusement, tu n’échappes pas au : « tu joues bien pour une fille » une fois c’est même une femme qui me l’a dite, c’était une Antillaise, je jouais dans un groupe de jazz caribéen et j’étais la seule métropolitaine du groupe !

Si je te dis qu’à mon avis la basse est un vrai instrument féminin tu en penses quoi ?
Si tu veux dire par là, que les vibrations émises par l’instrument font plus de sensations à une femme, c’est vrai !! Quant à savoir si elle est mieux jouée par un homme ou par une femme, je pense que ça dépend surtout de l’individu.

Internet, crise du disque , prise de position
La crise du disque, l’individualisme forcé de ceux qui arrivent à vivre de la musique, le formatage des musiques, est-ce que tu penses que la pente est irréversible ou est-ce que tu entrevois des solutions ?
Non, je n’ai pas de solutions. Mais je pense que si tu continues d’y croire et de faire des projets où tu es honnête avec ce que tu as vraiment envie de dire, eh bah peut-être qu’un jour, ça marche... 8-). Et si tu es amené à travailler dans des projets surtout lucratifs, et pas très épanouissants musicalement, il faut essayer d’y prendre plaisir, et de pas être trop frustré.

Dans le même genre de question penses-tu qu’Internet est une ouverture de plus pour le musicien ou crois-tu à l’inverse que la toile va nous isoler encore plus ?
Je ne sais pas si c’est une ouverture, mais comme c’est omniprésent dans la société actuelle, je pense qu’il y a moyen de s’en servir comme un atout, même si cela met en cause tout un fonctionnement déjà existant.

Sans rentrer dans un haut débat philosophique, penses-tu que le musicien a son mot à dire face aux cris d’alarme que la planète émet un peu partout, réchauffement, course à la productivité ? Ou penses-tu au contraire que le musicien doit rester dans sa bulle et ne pas pratiquer le mélange des genres ?
De tout temps la musique, et l’art en général, a été porteur d’idées ! Et c’est aussi la première chose qui est contrôlée et réprimée en période de crise. De nos jours, c’est évidemment des intérêts commerciaux biens trop conséquents qui régissent l’art. Malgré ces freins, l’art subsiste toujours et reste primordial dans nos vies et dans toutes les sociétés.

Thérèse Henry - Bruno Chaza
:wink:
Modifié en dernier par Bruno Chaza le 18 mars 2006, 15:47, modifié 3 fois.

madogs
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 622
Enregistré le : 27 avr. 2005, 11:30
Localisation : Marmotland
Contact :

Message par madogs » 01 mars 2006, 11:15

merci, merci, merci !
"le talent c'est d'avoir envie de faire quelque chose, tout le restant, c'est de la sueur." Brel

Avatar du membre
alain
Requin de forum
Requin de forum
Messages : 456
Enregistré le : 25 sept. 2005, 22:09
Localisation : la flèche 72200

Message par alain » 01 mars 2006, 13:00

Cool... :fleur:

Avatar du membre
binuche
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 721
Enregistré le : 14 mars 2005, 21:30
Localisation : loire atlantique : donc Nantes

Message par binuche » 01 mars 2006, 22:14

J'ai toujours pensé que la basse a un peu le rôle de la maman dans un groupe.
@+

Avatar du membre
binuche
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 721
Enregistré le : 14 mars 2005, 21:30
Localisation : loire atlantique : donc Nantes

Message par binuche » 04 mars 2006, 11:15

Le son qui enveloppe, le soutien, l'assise : c'est une maman ! :D
@+

Avatar du membre
Bruno Chaza
Maestro
Maestro
Messages : 1837
Enregistré le : 07 sept. 2004, 21:51
Localisation : France
Contact :

Thérèse

Message par Bruno Chaza » 07 sept. 2006, 22:29

Je relance le post de l'interview de Thérèse, si certains l'ont manqué la basse est féminine et il faut lire cette interview! ! Thérèse va jouer le samedi 23 septembre au baiser salé avec son projet Djazil, si vous êtes parisien et que vous avecz envie d'aller voir Thérèse don't hesitate, la baiser salé aux Halles, les parisiens connaissent au cas ou je laisse un lien
http://www.lebaisersale.com/

Salut à tous,

Ne ratez pas la rentrée de DJAZIL...

Au BAISER SALE, le 23 septembre à 22H

Steel Pan: Mathieu Borgne
Batterie: lukmil Perez
Basse: Thérèse Henry
Guitare: Cédric Baud

Baiser Salé, 58 rue des lombards, 75001 PARIS


Préventes: 12€.

Avatar du membre
Thob
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 501
Enregistré le : 20 avr. 2006, 00:28
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Thob » 21 sept. 2006, 23:20

Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas lu cette interview avant, en général je les attend impatiement. En tout cas c'est une super suprise, je suis ravi de faire connaissance -indirecte et lointaine, soit- avec Thérèse. J'apprécie beaucoup son discour.

j'ai ma petite idée sur la basse au féminin ou pas. A mon avis les fréquences basses évoquent, notamment pour nous autres bassistes, beaucoup de différentes sensations et forcent à adopter une attitude: la sensualité. Je pense que c'est ce qui fait, entre autre, que l'on trouve que cet instrument sied si bien aux femmes lorsqu'on est un homme, et aux hommes lorsqu'on est une femme (sisi yen a qui nous trouvent virils avec nos grosses cordes!).

Théorie à travailler encore un peu. :lol:

Enchanté Thérèse! (on sait jamais, si tu passes nous rendre visite... )

Avatar du membre
Thob
Chef d'orchestre
Chef d'orchestre
Messages : 501
Enregistré le : 20 avr. 2006, 00:28
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Thob » 26 sept. 2006, 01:25

Alors le concert?? :D

Répondre