Victor Hugo

Discussion à bâtons rompus, tous les autres sujets que musicaux sont les bienvenus
Avatar de l’utilisateur
Bruno Chaza
Maestro
Maestro
Messages : 2506
Inscription : 07 sept. 2004, 21:51
Localisation : France

Victor Hugo

Message : # 25571Message Bruno Chaza »

Quelques poèmes, textes, de Victor Hugo mais aussi de sa maitresse Juliette Drouet pour changer un peu des rubriques musicales.
L'art est vaste. Soyons éclectique.

En hiver la terre pleure

En hiver la terre pleure ;
Le soleil froid, pâle et doux,
Vient tard, et part de bonne heure,
Ennuyé du rendez-vous.
Leurs idylles sont moroses.
- Soleil ! aimons ! - Essayons.
Ô terre, où donc sont tes roses ?
- Astre, où donc sont tes rayons ?
Il prend un prétexte, grêle,
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : - C'est la nuit, ma belle ! -
Et la fait en s'en allant ;
Comme un amant qui retire
Chaque jour son coeur du noeud,
Et, ne sachant plus que dire,
S'en va le plus tôt qu'il peut.

Victor Hugo
Les quatre vents de l'esprit


Les Quatre Vents de L’Esprit
1881. Ce magnifique recueil est l’occasion pour Victor Hugo de revenir sur l’ensemble de son expérience en tant que poète et d’essayer de synthétiser son art et son évolution en quatre parties, en quatre vents.
Avatar de l’utilisateur
Bruno Chaza
Maestro
Maestro
Messages : 2506
Inscription : 07 sept. 2004, 21:51
Localisation : France

Re: Victor Hugo

Message : # 25574Message Bruno Chaza »

Aimer, c'est avoir dans les mains

Aimer, c'est avoir dans les mains
Un fil pour toutes les épreuves,
Un flambeau pour tous les chemins,
Une coupe pour tous les fleuves !

Aimer, c'est comprendre les cieux.
C'est mettre, qu'on dorme ou qu'on veille,
Une lumière dans ses yeux,
Une musique en son oreille !

C'est se chauffer à ce qui bout !
C'est pencher son âme embaumée
Sur le côté divin de tout !
Ainsi, ma douce bien-aimée,

Tu mêles ton cœur et tes sens,
Dans la retraite où tu m'accueilles,
Aux dialogues ravissants
Des flots, des astres et des feuilles !

La vitre laisse voir le jour ;
Malgré nos brumes et nos doutes,
Ô mon ange ! à travers l'amour
Les vérités paraissent toutes !

L'homme et la femme, couple heureux,
À qui le cœur tient lieu d'apôtre,
Laissent voir le ciel derrière eux,
Et sont transparents l'un pour l'autre.

Ils ont en eux, comme un lac noir
Reflète un astre en son eau pure,
Du Dieu caché qu'on ne peut voir
Une lumineuse figure !

Aimons ! prions ! les bois sont verts,
L'été resplendit sur la mousse,
Les germes vivent entr'ouverts,
L'onde s'épanche et l'herbe pousse !

Que la foule, bien loin de nous
Suive ses routes insensées.
Aimons, et tombons à genoux,
Et laissons aller nos pensées !

L'amour, qu'il vienne tôt ou tard,
Prouve Dieu dans notre âme sombre.
Il faut bien un corps quelque part
Pour que le miroir ait une ombre.

Le 23 mai 1839.
Victor Hugo.


À découvrir sur le site https://www.poesie-francaise.fr/victor- ... ul-but.php
Répondre